Le Festin de Babette

École d’art d’Arras. Arnaud Sergent, François Legendre, Gildas Lepetit-Castel. 30.09.2008
2e année, semestres 1 et 2
sujet transversal informatique appliquée, histoire et théorie de l’art, photographie


L’intitulé
Le Festin de Babette

Mise en bouche
Le Festin de Babette
(Babettes gaestebud),  film danois de Gabriel Axel, 1987

Scholie
un travail en deux temps sur les résonances du goût à travers la production d’images, de textes et d’autres choses qui ne s’énoncent pas tout de suite.
Entre le pulsionnel, le sacré et la chimie des cuissons, les choses ont un goût que l’imagination fait renaître dans notre petite cuisine interne.

 

Le Festin de Babette, premier temps : questions de sens
Un premier texte pour garder l’eau à la bouche

Après le visionnage et le commentaire du film, vous écrirez un texte narratif ou dysnarratif de sept à dix lignes sur le goût que vous imaginez d’un des plats du festin de Babette, boissons comprises, en notant l’appellation du met choisi en titre. Il s’agit déjà d’un travail d’écriture ; aussi vous vous efforcerez de dépasser la simple description.

Un interdit : celui de manger ou de boire l’aliment choisi durant cette phase de rédaction ! Votre seul support doit rester l’imagination.

Les échéances
travail à commencer le 30 septembre, le jour de la projection du film
présentation des textes à François le 6 octobre et suivi individualisé les 6, 13 et 20 octobre
tous les textes doivent être finalisés le 20 octobre.


Des images synesthésiques : une série de quatre compositions graphiques
Vous essaierez de transposer en une série de quatre images la sensation décrite/verbalisée dans le texte. Les techniques sont libres : gravure, dessin, médiums liquides, à l’exclusion de la photographie.

Mais les images produites devront nécessairement être composées et finalisée avec l'outil informatique. Vous pouvez vous appuyer sur la texture d’un des ingrédients du plat choisi, texture cuisinée comme la croûte des cailles en sarcophage par exemple, ou texture brute du plumage des cailles mortes avant préparation. Mais à la texture, il faudra joindre une structure - une composition plastique - et même une facture : une gestuelle, une écriture qui vous sont propres. C’est la raison pour laquelle, au-delà de la lecture phénoménale d’un objet, il vous faudra vous éloigner de la représentation au profit d’un langage graphique susceptible de prendre en charge la sensation que vous avez déjà verbalisée, de la traduire, de la réécrire au moyen de lignes, de formes, de masses, de matières, de couleurs et de lumière. Pensez aussi à organiser la succession des images dans votre série, c’est-à-dire à construire un récit qui se structure dans une temporalité lisible.

Les échéances
début du travail sur les images en même temps que le texte, le 30 septembre
production en cours d’informatique sous la direction d’Arnaud les 7, 14 et 21 octobre
toutes les images doivent être finalisées le 21 octobre.

 

Retour au texte : un essai d’écriture automatique
À partir des images produites, mais sans en parler nécessairement ou explicitement, en tout cas en vous abstenant de les décrire, vous expérimenterez un travail d’écriture automatique en quatre textes courts de deux à cinq lignes chacun, soit un texte par image. N’essayez pas de raconter une histoire ou de composer de belles phrases. Cherchez au contraire la neutralisation stylistique, recentrez-vous sur la force du mot plutôt que sur la qualité ornementale de son adjectif. Exploitez les suggestions de la langue autant que la résonance de la sensation verbalisée ou informée.

Laissez parler autant que possible l’inconscient en vous. Les quatre textes peuvent n’avoir aucun rapport entre eux ; vous pouvez ainsi écrire ce qui vous passe par la tête, surtout la nuit ou au sortir d’un rêve, jeter une bribe un jour, une autre le lendemain ; vous pouvez dire une chose et son contraire, tirer au sort dans un sac des mots préalablement découpés, tenter le hasard objectif du dictionnaire. Si l’inconscient fait bien son travail, alors la connexion entre l’image et le texte devrait surgir d’elle-même. Il suffira peut-être d’y ajouter un peu de liant, et encore…

Une règle du jeu
vous devez intégrer dans vos textes une couleur, une saveur et un son.

Les échéances
présentation des textes à François le 17 novembre et suivi individualisé les 17 et 24 novembre et le 1er décembre.
finalisation le 1er décembre et rattrapage des éventuels retards textes et images du 2 au 14 décembre
Le Festin de Babette, deuxième temps : le Livre de recettes de Babette

 

La recette de cuisine, quelques accommodements avec le récit pulsionnel
De votre essai d’écriture automatique vous dégagerez/transposerez une recette de cuisine rédigée, comprenant les ingrédients et leur quantité, les manipulations, les temps de cuisson.

Par exemple, si votre texte de départ contient les mots neige ou nuage ou évoque ces éléments, vous pouvez les transposer en blanc d’œufs battus en neige, en meringue, en crème ou en sauce ou encore en riz blanc. L’analogie peut être littérale (blancs d’œufs battus en neige) ou associative, plus proche alors de la métonymie ou de la synecdoque (l’œuf pris pour la poule, le printemps pour la salade, la cerise pour le gâteau etc.). D’une manière générale, les figures de rhétorique (métonymies, synecdoques, métaphores, hyperboles notamment) peuvent vous aider.

Alchimie langagière et autres considérations gustatives
la recette doit être comestible et mieux, savoureuse !
vous avez bien sûr la possibilité de vous appuyer sur des recettes existantes.
c’est ainsi que votre recette devra être faisable, lisible, mais en même temps elle devra être écrite, jouer sur/avec les mots, les doubles sens, le langage imagé de la gastronomie.

Un conseil
concevez une recette simple et peu coûteuse. Essayez-la et goûtez-la !
compte tenu des contraintes financières et matérielles qui pourraient rendre plus difficile la réalisation de votre recette, vous avez la possibilité de mutualiser vos moyens et ainsi de vous regrouper pour la préparation de vos plats.

Les échéances
début de la rédaction des recettes le 15 décembre
essais à domicile durant les vacances de Noël, entre la dinde (invariablement bourrative) aux marrons et la bûche crème au beurre Grand Marnier
présentation des recettes rédigées à François le 5 janvier 2009 et suivi individualisé les 5, 12 et 19 janvier
finalisation le 19 janvier

 

Une prise de vue à donner faim !
Vous réaliserez la recette et vous l’apporterez précautionneusement à l’école.

Puis vous composerez une belle nature morte dans laquelle vous mettrez en scène votre recette réalisée avec ses ingrédients, sa vaisselle, ses accessoires et des supports : table et nappe.

Une fois votre composition installée, vous en ferez une prise de vue en photographie numérique couleurs en travaillant l’angle, le cadrage, la profondeur, la netteté et la lumière (en sachant que le format final de la prise de vue et de 19 cm x 19 cm).

Souvenez-vous qu’au-delà des significations allégoriques, une bonne nature morte est d’abord une nature morte qui donne faim ! Rien d’ailleurs ne vous interdit d’introduire des allusions aux natures mortes classiques, en inscrivant dans votre composition une dimension temporelle, par exemple sous la forme d’aliments partiellement mangés. Du reste, Le Festin de Babette ne se réduit pas aux seules significations gastronomiques, ses contenus emboîtés touchent au sexe et à la mort, à la parole et à la bouche, au sacré et au social,  au théologique et à l’anthropologique. Mais votre prise de vue doit avant tout montrer la recette réalisée ; ne cherchez pas à composer une allégorie, ne multipliez pas les symboles. Vous devez produire avant tout une image contemporaine efficace, sensuelle, travaillée sur le plan formel.

Les échéances
réalisation des recettes, mise en place et prises de vues avec Gildas et Arnaud les 20 et 27 janvier et le 3 février
finalisation le 3 février
attention, je regarderai les images et surtout je goûterai aux plats ! François.

 

Le Livre de recettes de Babette
Vous allez composer avec l’outil informatique les textes et l’iconographie de votre Livre de recettes, puis vous le façonnerez. Il contiendra toutes les étapes de votre travail :
le texte du sujet lui-même, première et deuxième parties
le texte sur la sensation décrite
la série des quatre images
les quatre petits essais d’écriture automatique
la recette de cuisine
le plat photographié

selon, toutefois, une succession plus thématique et signifiante que la simple succession chronologique des sujets composant ce projet sur Le Festin de Babette

Les spécifications techniques
Vous disposez pour cela de deux feuillets (donc un cahier de 8 pages) d'un format imposé de 40 cm x 25 cm. Libre à vous de composer, mais l'espace que vous structurez avec votre matière écrite et visuelle doit avoir un sens (le choix de la typographie, son placement, la relation du texte à l'image, tout doit se concrétiser de manière réfléchi, s'imbriquer de manière logique et harmonieuse). Seule la recette de cuisine et la prise de vue qui l'accompagne feront l'objet d'une mise en page précise afin d'assurer le lien visuel, l'homogénéité du livre.

Les échéances
conception graphique, maquettage et façonnage en cours d’informatique avec Arnaud les 3, 10, 17 et 24 mars

 

L’objectif pédagogique : le festin de Babette réalisé dans notre petite cuisine

Une fois le livre imprimé, nous referons les recettes pour les manger ensemble (plus ou moins proprement) dans le cadre d’un festin convivial.